Le compostage dans votre jardins

Petit rappel :
L’ajout de compost au sol léger et sablonneux aide à retenir l’humidité et les nutriments.
L’ajouter à un sol lourd améliore le drainage.
Placez votre tas de compost près de l’endroit où vous allez l’utiliser.
Loin des vents secs, mais à la lumière partielle du soleil pour aider à chauffer le compost.
Ne compostez pas les excréments, la viande, les os, la graisse, les œufs entiers et les produits laitiers.
Ne compostez pas les plantes et les mauvaises herbes malades ou infestées d’insectes.

Le compostage est un processus qui permet aux microbes d’origine naturelle de transformer les résidus de jardin, comme les feuilles et les débris d’herbe, en un amendement organique utile du sol ou en paillis.
Les jardiniers utilisent le compost depuis des siècles pour améliorer leur sol et favoriser la croissance des plantes. L’incorporation de compost dans un sol léger et sablonneux aide à retenir à la fois l’humidité et les nutriments, tandis que son ajout à un sol lourd améliore le drainage.
Différentes conditions de résidus de jardinage influent sur la qualité du compostage. Les micro-organismes responsables de la décomposition ont besoin d’oxygène, d’eau et d’azote.
La taille des particules affecte également l’efficacité. Plus les morceaux de plantes sont petits, plus ils se décomposent rapidement. Utilisez une déchiqueteuse ou une tondeuse électrique pour hacher les feuilles et les petites brindilles avant de les ajouter à la pile.

Les installations de compostage

Pour économiser de l’espace, gardez votre jardin propre et accélérez le temps de compostage, enfermez votre compost dans n’importe quel structure.
Le fait d’enfermer votre tas de compost dans une structure empêche les matières de s’envoler. Il favorise également un compostage plus rapide et plus complet parce que la partie extérieure de la pile agit comme un isolant qui crée des températures plus élevées près du centre.

Le style de structure dépend de l’espace et des matériaux compostables dont vous disposez. Il existe de nombreux types de structures fabriquées disponibles dans les jardineries ou sur internet. Vous pouvez aussi en construire un vous-même !

L’objectif est de maintenir vos matières compostables dans une masse cylindrique ou cubique d’environ 1m à 1m50 dans chaque direction. Les petites tailles ne produisent pas assez de chaleur et les grandes tailles ne permettent pas une pénétration suffisante de l’air et de l’eau. Il devrait y avoir des ouvertures pour permettre l’ajout d’eau ou l’enlèvement du compost fini.

Vous pouvez construire la structure à partir de blocs de ciment, de briques, de bois, de clôtures métallique, de poteaux métalliques ou d’autres matériaux. Le bois doit être imputrescible ou traité sous pression avec un produit de préservation du bois.

Localiser votre tas de compost

Placez votre tas de compost près de l’endroit où vous l’utiliserez pour éviter de gêner votre jardin et les voisins. La pile fonctionnera mieux dans un endroit éloigné des vents secs, tout en recevant une partie de la lumière du soleil pour l’aider à chauffer.

Matériaux compostables

Beaucoup de matières organiques sont compostables en plus de l’herbe et des feuilles :

– Marc de café
– Coques d’oeufs
– Fleurs fanées
– Déchets de fruits et légumes
– Restes de plantes à la fin de la saison
– Rameaux d’arbustes non ligneux d’un diamètre inférieur à 0,5cm
– Du papier journal déchiqueté (impression noir et blanc)
– De petites quantités de cendre de bois et de sciure de bois
– De la paille
– Des mauvaises herbes

La sciure de bois nécessite l’ajout d’azote supplémentaire. Les cendres de bois augmentent l’alcalinité du compost et peuvent entraîner une perte d’azote par le tas.

Il ne devrait pas être nécessaire de composter l’herbe, car il est préférable de laisser des coupures de gazon sur la pelouse si vous tondez régulièrement et enlevez seulement un tiers de la longueur de la lame à chaque fois. Si vous compostez de l’herbe, mélangez-la à d’autres résidus de jardin. Les coupures de gazon s’entassent et limitent la circulation de l’air. Ceci limite la disponibilité de l’oxygène nécessaire à la décomposition des microorganismes.

Il y a des choses que vous ne devriez pas composter : les excréments d’animaux de compagnie peuvent transmettre des maladies, la viande, les os, la graisse, les œufs entiers et les produits laitiers attirent les rongeurs et autres animaux. Les plantes gravement malades ou infestées d’insectes et les mauvaises herbes contenant des semences peuvent ne pas se réchauffer suffisamment pour être décontaminées.

Préparation de votre tas de compost

Construisez votre tas de compost en couches. Commencez par 20 /25 cm de feuilles, d’herbe ou de coupe de plantes.
Arrosez-le jusqu’à ce qu’il soit humide, mais pas détrempé.
Ajoutez une source d’azote, comme du nitrate d’ammonium, du sulfate d’ammonium ou un engrais à haute teneur en azote peu coûteux pour pelouse sans herbicide.
Saupoudrez le tas 50/100 grammes d’engrais.
Si vous vivez à côté d’une ferme et que vous avez accès à du fumier, vous pouvez utiliser une couche de fumier de 10cm comme source d’azote.

Répétez ces couches jusqu’à ce que le tas atteigne une hauteur de 15cm, en arrosant chaque fois que vous ajoutez de nouvelles couches.

La chaux ?

Il n’est généralement pas nécessaire d’ajouter de la chaux à votre tas de compost pour améliorer la décomposition de la plupart des résidus de jardin. Le compost fini est habituellement légèrement alcalin.
Si vous ajoutez de la chaux pendant le processus de décomposition, elle sera probablement trop alcaline une fois terminée.
Si votre tas contient de grandes quantités de matières acides comme des aiguilles de pin ou des déchets de fruits, vous pouvez ajouter de la chaux, mais pas plus de 50/100 grammes.
Une application excessive de chaux peut entraîner une perte d’azote dans le tas de compost.

Entretien de votre tas de compost

Un tas de compost actif chauffe entre 130° et 160° Fahrenheit.
Lorsque le centre refroidit, tournez le tas pour accélérer la décomposition et réduire les odeurs nauséabondes. Faites-le une ou deux fois par mois.
Continuez d’arroser votre tas de compost périodiquement pour le garder humide mais pas détrempé.
Vous pouvez ajouter un peu de matière fraîche lorsque vous tournez la pile, mais en général, il vaut mieux commencer une nouvelle pile.
Un tas de compost bien géré sera prêt en deux à quatre mois pendant la saison chaude, tandis qu’un tas non entretenu mettra un an ou plus à se décomposer.
Une fois terminé, votre tas de compost aura environ la moitié de sa hauteur initiale et aura une odeur agréable et terreuse.

Laisser un commentaire